CCIM
 
2eme session de l’assemblée consulaire de la CCIM tenue le 28 mars dernier ; Le bilan à mi-parcours du président Youssouf Bathily apprécié par
 
 
 
 
309 vue(s) | 18/04/2017
 
Le bilan à mi-parcours de la mandature 2015 – 2020 du président de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali (Ccim) Youssouf Bathily, a été apprécié à l’unanimité par les délégués lors de la 2ème session de l’Assemblée consulaire, tenue le 28 mars dernier, au Parc des expositions de Bamako. Il a été question, au cours de cette rencontre, de la présentation du rapport d’activités 2016, de l’examen et l’adoption du programme d’activités 2017 ainsi que le projet de budget pour l’exercice 2017.
 
 
 

C’est dans une ambiance fraternelle et cordiale que la 2ème session de l’Assemblée consulaire de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali (Ccim) mandature 2015 – 2020 s’est déroulée, le 28 mars dernier, au Parc des expositions de Bamako. Ce grand rendez-vous a vu la participation de plusieurs opérateurs économiques venus de tous les coins du Mali.

Le président de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali (Ccim) Youssouf Bathily, était vraiment honoré par la présence de quatre membres du gouvernement. Ainsi, le ministre du Commerce, Abdel Karim Konaté dit Empé avait à ses côtés ses homologues du Développement industriel, Mohamed Ali Ibrahim ; de la Promotion de l’investissement et du secteur privé, Konimba Sidibé ; et de l’Equipement, des Transports et du Désenclavement, Mme Traoré Seynabou Diop.

Avant l’intervention du président Youssouf Bathily devant ce beau monde, l’assistance a eu droit à la projection d’un film réalisé par l’Agence Créacom-Afrique sur quelques réalisations par son bureau à mi-parcours. L’occasion était bonne pour le président de la Ccim de jeter un regard sur le bilan à mi-parcours et de se projeter sur l’avenir. “La Chambre de commerce et d’industrie du Mali est consciente des énormes attentes de nos ressortissants. C’est pourquoi, il a été prévu dans le plan de mandature 2015- 2020 un vaste programme d’investissements où les infrastructures marchandes occupent une place de choix” dira-t-il. Ainsi, la Chambre de commerce et d’industrie du Mali (Ccim) avait prévu dans son budget 2016 la réalisation de quelques infrastructures. Il s’agit de la construction des sièges des délégations régionales de Tombouctou et de Gao, la construction du marché Rose de Bamako, la construction d’un centre commercial sur le site de l’ancienne école de la Ccim, ainsi que la construction de deux nouveaux marchés modernes à Darsalam et à Sibiribougou.
La Chambre de commerce et d’industrie du Mali a été associée et impliquée dans la recherche de solutions aux problèmes d’incendies de marchés et de recasement des déguerpis. C’est ainsi que suite à la sollicitation du Premier ministre, la Ccim s’était engagée à reconstruire le Marché Rose de Bamako. N’eut été le blocage que la Ccim a connu au niveau de la mairie du District, les travaux de construction de ce marché auraient démarré depuis” a déclaré le président de la Ccim.

Dans le souci de recaser les déguerpis, la Ccim, dira Youssouf Bathily, a approché les différentes communes du District afin d’identifier les espaces pouvant servir à la construction de nouveaux marchés. C’est dans ce cadre que deux marchés sont en phase de construction à Darsalam et à Sibiribougou, en partenariat avec les mairies des communes III et IV.

Aujourd’hui, l’ambition du président de la Ccim, c’est d’offrir des marchés modernes aux populations bamakoises. “Nous sollicitons le président de la République la mise à disposition de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali de 5 hectares dans l’espace couramment appelé la bande 140 sur la route de l’aéroport pour en faire un marché moderne pouvant désenclaver la rive droite. Le champ hippique, pour le plus grand marché moderne du Mali. Il ne s’agit pas pour nous de mettre fin à la course, mais simplement une délocalisation dans la zone aéroportuaire à la charge de la Ccim” a déclaré Youssouf Bathily.

S’agissant de l’exercice 2017, les ambitions du Président Youssouf Bathily sont grandes. Il s’agit de la poursuite des travaux de construction de l’école, du centre de maintenance industrielle, de la construction des sièges de Ségou, Tombouctou et Gao, du marché de Darsalam et Sibiribougou. Sans oublier la construction et l’équipement du Parc des expositions de Bamako, ainsi que la construction de la direction du Parc, la réalisation des études pour le centre commercial sur le site de l’ancienne école de la Ccim, la construction d’un nouveau marché en Commune V et des magasins à Koulikoro. “Je vous donne l’assurance que la Chambre de commerce et d’industrie du Mali poursuivra ses efforts d’investissements pour soulager nos ressortissants. Toutefois ces efforts gagneraient à bénéficier de l’accompagnement des plus hautes autorités en général et de notre département de tutelle en particulier. Nous osons espérer que votre soutien, Monsieur le Ministre Konaté, ne nous fera pas défaut”. Parole du président de la Ccim.

Auparavant, Youssouf Bathily a adressé ses sincères remerciements au gouvernement pour avoir pris la formidable initiative de donner au secteur privé un cadre juridique de promotion des affaires à travers la loi sur le Partenariat Public-Privé (PPP).

L’appui financier du département à l’occasion de la 1ère édition de la Foire de Ramadan, qui a permis aux populations maliennes d’accéder aux produits de première nécessité et de passer un agréable mois de carême a été fortement apprécié par Youssouf Bathily. “Monsieur le Ministre du Commerce, nous ne cesserons de vous remercier pour les immenses efforts que vous déployez au quotidien pour accompagner la Chambre de commerce et d’industrie du Mali. Vous êtes constamment à l’écoute des opérateurs économiques pour répondre à leurs préoccupations et apporter les solutions appropriées. Nous osons espérer un appui financier conséquent du département de tutelle pour la prochaine édition de la Febak prévue en fin de l’année 2017” a déclaré Youssouf Bathily.

Prenant la parole, le ministre du Commerce, Abdel Karim Konaté dit Empé, a renouvelé ses vives et chaleureuses félicitations à l’endroit de tous les élus de l’Assemblée consulaire de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali pour la confiance et le choix porté en eux par les pairs du secteur économique de leurs différentes localités à travers le pays. Une mention spéciale a été adressée au président de la Ccim, Youssouf Bathily, et aux membres de son bureau pour la bonne organisation et la tenue de cette session de l’Assemblée consulaire.

Le ministre Empé a profité de cette opportunité pour rappeler que la Chambre de commerce et d’industrie du Mali a été créée afin qu’elle puisse s’occuper des problèmes d’organisation et de représentation de l’ensemble des opérateurs économiques. “Je constate avec une grande satisfaction les efforts que la Ccim est en train de déployer pour assurer malgré ses moyens limités ses missions. Elle a accompagné le gouvernement à travers mon département dans le règlement de l’épineux problème des commerçants déguerpis” a-t-il déclaré. Avant de préciser : “Je regrette l’absence des élus consulaires de Gao à cette session, qui ont manqué à la fête par le fait de l’annulation des élections à Gao par la justice malienne. Je donne l’assurance aux opérateurs économiques, que très bientôt, ils vont rejoindre la grande famille de l’Assemblée consulaire de la Ccim. Toutes les dispositions seront prises pour organiser dans un bref délai les élections consulaires dans la Cité des Askia” a-t-il conclu.

Cette tribune a été aussi l’occasion pour le ministre Konimba Sidibé d’éclaircir les opérateurs économiques sur les avantages de la loi sur le Partenariat Public-Privé, qui a été adoptée par l’Assemblée nationale. Cette loi offre au secteur privé malien et à ceux de l’extérieur des opportunités d’affaires. “J’invite les opérateurs économiques à s’approprier cette loi. Pour ce faire, nous avons décidé d’organiser des sessions de formations à leurs intentions” a-t-il déclaré.

Quant au ministre de l’Equipement, des Transports et du Désenclavement, Mme Traoré Seynabou Diop, elle a axé son intervention sur l’entrée en vigueur de la règlementation sur la charge à Essieu à compter du samedi 1er avril 2017.

“L’application du règlement 14 pour la suppression de la surcharge sera effective au Mali, au Burkina Faso et au Niger dès ce samedi. Moi-même, je serai dans les frontières pour faire le constat. C’est à cause de cette surcharge que nous routes ne dureront plus. Il s’agit, avec cette application, de préserver désormais nos routes” a-t-elle déclaré. A.B. HAÏDARA

 
 
 
 
 
 
A voir aussi
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
CONTACTS
 
00 223 20 22 50 36
 
* Localisation : Place de la Liberté,
B.P 46 Bamako - Mali
 
00 223 76 13 02 36
 
Newsletter
 
Restez connecter via notre newsletter
S’abonner
Se désabonner
 
 
  
 
 
 
© Copyright 2016 Chambre de Commerce et d'Industrie du Mali (CCIM) - designed by MaDProcessing