Economie - Internationale
 
Burkina-Côte d’Ivoire-Mali : la zone économique spéciale est lancée
 
 
 
 
44 vue(s) | 15/05/2018
 
Les Premiers ministres burkinabé, ivoirien et malien, respectivement Paul Kaba Tiéba, Amadou Gon Coulibay et Soumeylou Boubèye Maïga, ont lancé, hier à Sikasso, la Zone économique spéciale (ZES) qui couvre le triangle Sikasso (Mali), Korhogo (Côte d’Ivoire) et Bobo (Burkina Faso), baptisé «SIKOBO». La cérémonie solennelle a enregistré la présence de plusieurs personnalités, notamment des ministres, des représentants d’organismes communautaires et du secteur privé.
 
 
 

Ce lancement, faut-il le rappeler, fait suite à la visite de travail que le Premier ministre malien a effectuée au Burkina Faso (3 et 4 avril) et en Côte d’Ivoire (du 5 au 6 avril 2018). Lors de sa tournée, Soumeylou Boubèye Maïga a «émis l’idée de cette réunion de lancement». En effet, ce projet correspond à la réalité des relations multiples et diverses et à la volonté des chefs d’Etat des trois pays d’avancer à travers la coopération transfrontalière vers une intégration régionale plus dynamique au service de nos acteurs économiques et de l’ensemble de nos populations.

Avec ce lancement, un pas important vient d’être franchi dans la réalisation de cette idée. «Ce projet intégrateur correspond à l’économie du réel. Sa mise en œuvre nécessite la mutualisation de nos capacités dans ce domaine comme dans les autres pour pouvoir faire face aux multiples défis auxquels nous faisons face», a déclaré à la presse le chef du gouvernement malien.

Car, ajoutera Soumeylou Boubèye Maïga, «nos peuples sont fatigués des rhétoriques permanentes et des incantations. Ils souhaitent que nous puissions leur proposer des solutions concrètes qui leur permettent de mettre en valeur leurs potentiels, leurs énergies et profiter de toutes les opportunités que les puissances publiques peuvent créer». A titre indicatif, les aéroports de Sikasso, de Bobo et de Bouaké peuvent devenir des plateformes tournantes servant au transport des productions locales. Aussi, une école de l’air pourrait y être créée pour la formation initiale.

Pour y arriver, les études d’évaluation des productions au niveau de chaque localité seront entreprises dans les jours à venir, a annoncé le Premier ministre ivoirien. Le but, selon Amadou Gon Coulibaly, est de déterminer les lieux devant abriter les infrastructures communes qui seront sélectionnées et retenues dans le cadre du projet par le comité de coordination. Pour le Premier ivoirien, ces estimations permettront la fixation du coût financier du projet, les parts devant être supportées par nos budgets nationaux, les organismes communautaires, et celles qui doivent être soumises au financement des partenaires techniques et financiers et au secteur privé. Mais déjà, «43 milliards de Fcfa ont été débloqués par l’UEMOA pour le développement d’un certain nombre de projets d’ordre spécifique», a révélé Amadou Gon Coulibaly, comme pour attirer l’attention sur l’intérêt que ce projet suscite déjà.

D’où l’importance de la conjugaison des efforts afin «d’en faire une zone de création de richesse et de transformation structurelle de nos produits locaux», a précisé le chef du gouvernement burkinabé. Paul Kaba Tiéba a ajouté que toutes les initiatives, tous les moyens appropriés permettant l’opérationnalisation de la Zone économique spéciale seront mis à contribution, dans le respect de la stabilité et la soutenabilité macroéconomique de nos Etats respectifs et des accords internationaux auxquels ils ont souscrit.

Envoyés spéciaux
Cheick M. TRAORÉ
Alou SISSOKO

 
 
 
 
 
 
A voir aussi
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
CONTACTS
 
00 223 20 22 50 36
 
* Localisation : Place de la Liberté,
B.P 46 Bamako - Mali
 
00 223 76 13 02 36
 
Newsletter
 
Restez connecter via notre newsletter
S’abonner
Se désabonner
 
 
  
 
 
 
© Copyright 2016 Chambre de Commerce et d'Industrie du Mali (CCIM) - designed by MaDProcessing