Economie - Mali
 
Rencontre administration publique/secteur privé
 
 
 
 
116 vue(s) | 02/07/2018
 
Les procédures d’importation et d’exportation passées au peigne fin
 
 
 
Cette rencontre thématique, la toute première d’une série que la CCIM projette d’organiser tout au long de la mandature 2015-2020, a porté sur : « Les procédures d’importation et d’exportation au Mali et les obstacles y afférents ». Avec comme conférenciers, l’Inspecteur des douanes Seydou Kayantao, représentant la Direction Générale des douanes, et Moussa Camara de la Direction Générale du Commerce, de la Concurrence et de la Consommation. L’ancien Directeur Général des douanes et ancien fonctionnaire international, Moussa Diakité, Conseiller spécial du président de la CCIM, assurait la délicate et combien exaltante tâche de modérateur. La rencontre était présidée par le vice-président de la CCIM, Issa Yattassaye.
C’est en présence du Secrétaire Général par intérim de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali, Mahamadou Sanogo, et d’une foule des grands jours que cette rencontre thématique avait commencé par les mots de bienvenue du vice-président Issa Yattassaye, représentant le président de l’institution consulaire, Youssouf Bathily en déplacement à l’extérieur du Mali. A ses dires, cette journée vise à rapprocher des partenaires de tous les jours dans un cadre d’échanges directs, francs et sincères en vue de lever les obstacles susceptibles de rendre difficile ce partenariat. Avant de dévoiler le programme de rencontres thématiques que la CCIM envisage d’organiser avec la Direction Générale des Impôts, le Fonds d’appui à la formation professionnelle et à l’apprentissage (FAFPA), l’Association professionnelle des banques et établissements financiers, le Fonds de garantie du secteur privé, la BCEAO…La liste n’est pas exhaustive.
Avant de terminer sa brève intervention, le vice-président Yattassaye a tenu à assurer les uns et les autres« de la disponibilité totale et entière du président de la Chambre et de son bureau pour toutes initiatives susceptibles de contribuer au développement du Secteur privé ».
Entrant dans le vif du sujet à travers une riche communication, le représentant de la Direction Générale des douanes, Seydou Kayantao, a détaillé le rôle de son institution « dans le processus d’importation et d’exportation ». Ainsi dira-t-il, le code des douanes dans son article 64 : « toute marchandise introduite sur le territoire douanier, même celle destinée à être réexportée, doit être soumise au contrôle douanier, qu’elle soit passible ou non de droits et taxes. Elle doit être couverte par une déclaration sommaire et être présentée en douanes ». Il s’étendra également sur le processus qui s’établit en trois phases : la conduite en douane ; la mise sous douane et le dédouanement.
Des informations provenant de conférenciers de haut niveau
Qui est habilité à déclarer ? D’après l’Inspecteur Kayantao, « nul ne peut faire profession d’accomplir pour autrui les formalités de douane concernant la déclaration en détail des marchandises s’il n’a pas été agréé comme commissionnaire en douane ».(Article 87, paragraphe 1 du Code des douanes). En ce qui concerne la fiscalité applicable aux importations, le conférencier dira que l’établissement d’une déclaration d’importation a pour objet principal des droits et taxes suite à l’introduction d’une marchandise sur le territoire douanier. A propos des exportations, le conférencier dira que les « marchandises destinées à être exportées doivent être conduites à un bureau de douanes ou dans les lieux désignés par l’administration des douanes, pour y être déclarées en détail.
En ce qui concerne les obstacles, l’on peut, aux dires du représentant des douanes, retenir : manque d’une structure de veille stratégique ; méconnaissance des normes concernant l’exportation de nos produits qui sont constitués généralement des produits alimentaires ; le comportement déloyal de certains acteurs, les tracasseries routières, etc. L’inspecteur Kayantao de terminer en disant que « l’administration des douanes est aujourd’hui un service moderne au service de l’Etat et des visages.

 
 
 
 
 
 
A voir aussi
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
CONTACTS
 
00 223 20 22 50 36
 
* Localisation : Place de la Liberté,
B.P 46 Bamako - Mali
 
00 223 76 13 02 36
 
Newsletter
 
Restez connecter via notre newsletter
S’abonner
Se désabonner
 
 
  
 
 
 
© Copyright 2016 Chambre de Commerce et d'Industrie du Mali (CCIM) - designed by MaDProcessing