Politique - Mali
 
Le président Lanfia Camara à propos du retrait du Mali de la liste des bénéficiaires de l’AGOA
 
 
 
 
101 vue(s) | 08/11/2021
 
Le président Lanfia Camara à propos du retrait du Mali de la liste des bénéficiaires de l’AGOA
« La rupture constitutionnelle entraîne la suspension du pays, nous nous attendions à cela »
Pour El hadj Lanfia Camara, président du Comité national AGOA (African Growth Opportunity Act), le principe même de l’AGOA est que la rupture de l’ordre constitutionnel entraine la suspension automatique du pays. Après sa suspension à la suite du coup d’Etat du 22 mars 2012, le Mali avait regagné son éligibilité à l’AGOA, le 1er janvier 2014. Et plus récemment, notre pays a failli être encore suspendu suite aux informations ayant trait à une sorte d’esclavage dans la région de Kayes.
L’annonce faite par les autorités américaines de leur intention de retirer le Mali, l’Ethiopie et la Guinée de la liste des bénéficiaires de l’AGOA (la loi américaine pour la croissance et les opportunités africaines), à partir du 1er janvier 2022, est tombé tel un coup de massue sur la tête d’un nombre d’exportateurs maliens. En effet, si le volume des exportations du Mali vers les Etats-Unis, dans le cadre de l’Agoa, n’est que de 200 à 300 millions FCFA par an, un certain nombre d’exportateurs nationaux continuent à tirer grand profit de ce commerce.
Lancé au début des années 2000 sous la présidence de Bill Clinton, l'AGOA exempte la plupart des exportations des pays africains de frais de douane américains. En contrepartie, les pays concernés doivent améliorer leurs réglementations en matière de droits humains et de conditions de travail. A titre d’exemple et suite aux rumeurs de pratiques d’esclavage dans la région de Kayes, notre pays avait été menacé de suspension de la liste des bénéficiaires de l’AGOA.
L’AGOA permet, en effet, aux produits originaires des pays éligibles de l’Afrique sub-saharienne notamment, un accès préférentiel au marché américain. En plus des 4 600 produits bénéficiant du Système Généralisé de Préférence (GSP), l’AGOA permet à plus de 1 800 produits supplémentaires d’entrer sur le marché américain en franchise de droits de douane.
Une sous-utilisation de l’AGOA
Après sa suspension à la suite du coup d’Etat du 22 mars 2012, le Mali avait regagné son éligibilité à l’AGOA le 1er janvier 2014. Toutefois, les préférences liées aux textiles et aux vêtements ne seront réinstallées que quand notre pays va redemander les arrangements du visa textile. En 2015, le Mali n’avait exporté que pour 4,5 millions de dollars vers les Etats-Unis d’Amérique.
D’après le président du Comité national AGOA, El hadj Lanfia Camara, les exportations des opérateurs économiques maliens, dans le cadre de l’AGOA, n’est que de 200 à 300 millions FCFA par an. Ces exportations concernent principalement la mangue et les produits artisanaux.
Voilà une situation qui interpelle fortement nos opérateurs économiques quand l’on sait que les potentialités d’exportation de notre pays sont énormes tant en matière de produits de l’artisanat que des productions textiles.
C’est donc une lapalissade de dire que le Mali n’a pas encore pleinement profité des opportunités offertes par l’AGOA. Deux principaux facteurs expliqueraient cette situation, à savoir : premièrement, le secteur privé malien n’a pas une connaissance suffisante du marché américain et, deuxièmement, le Mali n’a pas encore commencé à mettre pleinement en œuvre sa stratégie d’utilisation de l’Agoa, d’après un expert que nous avons rencontré hier.
Rappelons que l’AGOA, qui est arrivée à terme en 2015, a été prorogée jusqu’en 2025. C’est dire que le Mali pourrait voir sa suspension levée avec le retour de l’ordre constitutionnel à l’issue des prochaines élections.
MF
 
 
 

 
 
 
 
 
 
A voir aussi
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
CONTACTS
 
00 223 20 22 50 36
 
* Localisation : Place de la Liberté,
B.P 46 Bamako - Mali
 
00 223 76 13 02 36
 
Newsletter
 
Restez connecter via notre newsletter
S’abonner
Se désabonner
 
 
  
 
 
 
© Copyright 2016 Chambre de Commerce et d'Industrie du Mali (CCIM) - designed by MaDProcessing